Working People of all countries UNITE

Plan d’action de TUI-PS&A

 

1 - L’OFFENSIVE CAPITALISTE APPROFONDIT L’INEGALITE ET L’INJUSTICE

La situation internationale se caractérise par l’appronfondissement de la crise du capitalisme dont le coeur sont les Etats-Unis et qui a d’importante conséquences sociales en Europe et affecte tous les pays du monde.

La nature et l’accentuation des contradictions du capitalisme enfoncent le monde dans une profonde crise qui confime l’impossibilité de celui-ci de rompre avec les crises qui l’affecte de manière cyclique et révèle une crise bien plus profonde, structurelle et systémique qui revèle que la sur-production et la sur-accumulation de richesse n’est ni la solution aux problèmes de l’humanité mais au contraire détruit de la force productive, empire l’exploitation des travailleurs et des peuples et attaque la souveraineté de chaque pays en imposant des mesures représentant une énorme regression civilisationnelle. Un revers qui, en lui-même, est créateur de crises plus nombreuses et plus importantes.

La centralisation et la concentration du capital et du patrimoine; la financiarisation de l’économie; l’attaque systématique aux fonctions sociales de l’Etat construites sur la lutte des travailleurs et des peuples; la marchandisation de toutes les sphères de la vie sociale, dans une logique de privatiser tout ce qui peut engendrer un plus grand revenu pour le capital; les attaques contre les lois internationales et la souveraineté des Etats; la centralisation du pouvoir politique et sa soumission au pouvoir économique ainsi que la stratégie de militarisation des relations internationales sont les composantes des politiques capitalistes qui dominent la plupart des pays à travers le monde.

L’exploitation des hommes et femmes travailleurs empire et s’intensifie partout dans le monde et se marque clairement par un déni des droits et l’utilisation abusive de la force de travail contre des salaires chaque fois plus bas.

Les points essentiels de cette offensive sont:

  1. des coupes dans les salaires réels

  2. la dérégulation et l’accroissement du temps de travail

  3. la dérégulation des relations de travail

  4. la croissance du travail précaire

  5. l’appropriation des fonds et investissements publics par les groupes économiques privés

  6. l’accroissement de l’âge de la retraite

  7. les coupes dans les pensions

  8. la destructions d’emplois dans le secteur public

  9. la regression des droits sociaux et de travail

  10. le déni du droit de négociation et de convention collective ainsi que des autres droits des travailleurs

Une offensive qui s'exprime dans l'attaque au syndicalisme de classe et à la négociation collective, qui essaie de diviser et de dominer, de créer la division entre les travailleurs du public et du privé, qui approfondie la discrimination et la division des profession et favorise l'individualisation des relations de travail pour casser la solidarité au sein de la classe travailleuse et pour affaiblir les syndicats.

Une offensive qui ne peut être stoppée que par la pratique d'un syndicalisme de masse et de classe et par l'unité d'action sur ce qui nous est commun: la défense des droits, intérêts et aspirations des travailleurs, pour leur émancipation et pour une société libre de toute exploitation d'un homme sur un homme.



Les processus de changements vecus par plusieurs peuples et gouvernements latino-américains doivent nous l'espoir à l'assurance que des alternatives au capitalisme existent. Malgré les différence apparues dans chaque pays, inhérentes à leurs spécificités et les contradictions et obstacles existants, certains aspects sont commun et nous permettent de parler d'un chemin différent, de gauche et progressif, avec Cuba comme référence et son processus révolutionnaire de plus de 50 ans de résistance à l'offensive impérialiste US dans le continent.



2 – LA RECONFIGURATION DE L'ETAT ET LA DESTRUCTION DES SERVICES PUBLICS

2 – THE RECONFIGURATION OF THE STATE AND THE DESTRUCTION

OF PUBLIC SERVICES



La reconfiguration de l'Etat, le plaçant toujours plus au service du grand business, est clairement un des buts principaux des gouvernements capitalstes. Le dénommé “Etat-providence” créé à la suite de la seconde guerre mondiale en réponse à la progression de l'Union Soviétique et la construction du socialisme, et qui a représenté d'importantes avancées dans le développement social et économique dans les pays où il a été introduit, est très vite devenu la cible à démanteler après la chute de l'URSS.



La fonction sociale de l'Etat – dont les plus important comme l'éducation, la santé, la sécurité sociale – et les principes d'universalité, de solidarité et de gratuité qui en sont la base sont le résultat de la volonté, des revendication et des luttes des travailleurs et de la propulation et sont donc par conséquent leurs droits inaliénables. Ces principes permettent l'accès des travailleurs et leurs enfants à l'éducation, la santé, la protection sociale, à des niveaux sans précédents. Les fonctions sociales de l'Etat se sont étendu à la responsabilité dans la diffusion et la démocratisation de la culture, de l'art, ont amélioré la mobilité, soutenu le logement, le soin aux enfants, personnes âgées et personnes en situation de handicap.





Les fonctions sociales de l'Etat on mené a d'importants développements sociaux et économiques, avec un rôle clé dans la réduction des profondes inégalités sociales, et par conséquent, leur destruction a mené à des reculs civilisationnels et a empiré les condition de vie des travailleurs et de la population.



Le processus de destruction de ces acquis des travailleurs et de la population est actif depuis plus de deux décennies, avec d'importants attaques dans les années récentes avec les arguments de la durabilité des systèmes de protection sociale, la consolidation budgétaire et la réduction de la dette souveraine.



Les processus de privatisation se sont multiplié dans les pays en régression. Dans un premier temps, cette attaque s'est déroulée dans les secteurs stratégiques pour l'économie et le développement, comme l'énergie et la communication où les privatisations ont représenter un transfert de monopoles publics vers des monopoles privés, avec une accumulation collossale de profis pour les actionnaires, souvent étrangers. En même temps, la population voyait les coûts augmenter, la couverture du service diminuer ainsi que sa qualité.



Dans sa dernière phase, le Capital a les yeux rivés sur les fonctions sociales de l'Etat, obtenant des gouvernements la privatisation des systèmes de santé, d'éducation et de sécurité sociale, ainsi que leur dévalorisation délibérée par des coupes progressive et substancielles de leur budget; la fermeture d'écoles, hôpitaux, centre d'attention et autre services d'attention communautaire; la baisse drastique des allocations pour employés, chômeurs, pensionnés, enfants, jeunes et âgés.



La diminution des services publics peut être également vu au travers des attaques aux travailleurs des administrations publiques, en partant de droit à l'emploi, la baisse continue des salaires, la gelée des embauches, le blocage des négociation collectives; et la limitation dans l'exercice des droits collectifs, nomément le droit de grève; l'augmentation des heures de travail; la prolifération du travail précaire.



Dans de nombreux pays, les législations du travail sont modifiées et empirent les conditions et droits des travailleurs.



La détérioration des fonctions sociales de l'Etat a comme but ultime la privatisation. Les gouvernements qui compriment les ressources financières, humaines et matérielles dans la santé ou l'éducation, baissant leur bienfaits, sont les mêmes à dire que ces services publics ne répondent plus aux besoins de la population. Ils les offrent ensuite au capital privé. L'Etat devient minimal, de l'aide et de la charité.



3- CREER DES ALTERNATIVES PAR LES LUTTES



Le mouvement syndical de classe, profondément engagé dans la lutte des travailleurs pour défendre leurs droits et les services publics, joue un rôle vital contre l'avancé du capital. Les employeurs, usant de tous les outils à leur disposition, feront tout pour approfondir l'exploitation des travailleurs, piétinant leurs acquis et les libertés des peuples, afin de dominer et de remplir leurs poches.



Renforcer l'unité et la cohésion des travailleurs autours de leurs syndicats de masse et de classe dans les lieux de travail, aussi bien qu'au niveau régional et international les structures du WFTU est essentiel pour le développement de revendications, d'actions et de luttes ainsi que pour la conscience de classe des travailleurs, en particulier ceux des administrations publiques et des entreprises publiques. Ce renforcement signifie également l'unité d'action de tous les travailleurs et la lutte contre le réformisme et l'idéologie bourgeoise.

Les actions revendicatives des syndicats affiliés à la TUI - Public Services, devraient être guidées, selon les spécificités nationales:



  1. Exiger des services publics modernes, efficient, de qualité, universels et gratuits afin de répondre au besoins des travailleurs et des populations, contre la sous-traitance et leur privatisation, et refusant l'accumulation de profit par l'oligarchie

  2. Exiger l'abrogation des toutes les règles affectant les droits des travailleurs des administrations publiques dans les pays où elles ont été imposées

  3. Exiger des amélioration dans les conditions de travail et de vie des travailleurs de l'administration publique, c'est-à-dire de meilleurs salaires et des heures de travail compatibles avec leur vie personnelle et familiale

  4. La fin de la précarité des contrats et des garanties quant à la stabilité de l'emploi public pour une indépendance face aux gouvernements capitalistes, aussi bien dans les administrations centrales, régionales ou locales et dans les entreprises publiques

  5. Exercer le droit à la liberté syndicale (d'association, de rencontres, de manifestations, de participation) dans tous les lieux de travail et le droit à la négociation collective

  6. La mise en place de politiques sociales qui répondent aux intérêts des populations et des travailleurs pour une meilleure distribution de la richesse et un rejet des politiques sociale de charité

  7. Rejeter toutes les politiques néolibérales et d'austérité qui dans de nombreux pays du monde détruisent les droits sociaux et du travail

  8. Lutter pour la paix et la solidarité internationaliste contre la guerre, le militarisme, l'agression, l'ingérence et blocages qui sapent les intérêtss des travailleurs et des populations – en défense de la souveraineté nationale, et à l'autodétermination des peuples

4 – RENFORCER TUI-PS ET L'INTERVENTION DU MOUVEMENT SYNDICAL DE CLASSE



TUI-Public Services est la structure sectorielle de la Fédération Mondiale des Syndicats et porte son action dans le secteur des administrations publiques centrales, régionales et locales, dans les services publics et comme partout dans le monde en lien avec l'action de la FMS au niveau global.



Suite au 12ème congrès tenu recemment, les conditions pour une intervention permanente et continue de TUI-PS ont été renforcées dans le secteurs et au sein de la FMS, avec de fortes possibilités d'êtres inclus dans les actions d'autres organisations (affiliées ou non à d'autres organisations internationales) souhaitant développer conjointement des actions qui coincident avec les buts et principes de TUI-SP et la FMS.



Elargir l'unité d'action doit être une priorité pour TUI-PS dans les années à venir, en tenant compte des spécificités de chaque continent et région.



L'influence croissante du mouvement syndical de classe dans ce secteur dépendra de son habilité à faire avance les revendications et propositions d'actions qui unissent les travailleurs et leurs organisations.

L'unité se construit au travers du débat et de propositions de thèmes auxquels s'identifient les travailleurs. TUI-Public Services doit essayer d'attirer à ses actions toutes les organisations qui s'identifient avec ses propositions.



Pour développer ses activités, TUI-SP doit se structurer au niveau central, mais surtout dans chaque continent et région.



TUI-SP doit s'assumer de manière croissante comme un instrument d'action et de lutte des travailleurs pour leur émancipation et pour la fin de l'exploitation.



TUI-SP se doit d'être une structure d'unité, de mobilisation, d'action et de lutte des travailleurs, ce qui ne sera possible qu'en jouant se rôle partout dans le monde et en elargissant ses actions.



Les lignes d'actions sont:

  1. Structurer TUI-Public Services dans chaque continent/région avec un Conseil Général et un Secretariat, créer des Secrétariat régionaux et/ou des fédérations qui devraient être étendues à d'autres structures qui s'identifient avec les propositions du mouvement syndical de classe

  2. Chercher du soutien pour le fonctionnnement régulier des instances de TUI-Public Services

  3. Accroitre le nombre de membres de TUI-Public Services, en tenant compte des réalités de chaque continent



5 – MESURES IMMEDIATES D'ACTION



Afin d'être précis sur les lignes de travail, d'intervention et de luttes dans le proche futur, TUI-Public Service s'engage à faire des efforts afin de:



  1. Continuer durant la prochaine législature la discussion pour adapter les revendications et actions aux réalités et spécificités de chaque continent

  2. Pour atteindre cet objectif, la priorité doit être donnée à l'établissement d'organisation de TUI_PS dans chaque continent/région, en suivant la structure régionale de la FMS avec laquelle nous devons articuler toutes nos actions. Des conférences régionales pourraient être mises sur pied afin d'atteindre cet objectif

  3. Promouvoir des réunions régionales de TUI-PS, en mobilisant le soutien des organisations de la FMS dans ces régions et en définisant les revendication des syndicats de classe et leur intervention et action en défense des intérêts de classe des travailleurs

  4. Assurer une coordination avec les activités de la FMS, notamment la journée internationale d'action prévue le 3 octobre de cette année, avec une mobilisation sur des problèmes et aspirations concrets des travailleurs en tenant compte des spécificités de chaque continent/région

  5. Mobiliser les travailleurs des secteurs partout dans le monde, dans un cadre d'elargissement de l'unité d'action, pour des actions convergentes et sur des revendications approuvées par le 12ème congrès, parmi lesquelles:

  6. La défense des fonctions sociales de l'Etat et les services publics

  7. Contre le transfert de monopoles publics vers des monopoles privés au travers de privatisations

  8. Améliorer les conditions de vie et de travail, en particulier de meilleurs salaires et pensions et des heures de travail compatibles avec la vie personnelle et familiale

  9. Contre la précarité et pour la stabilité de l'emploi

  10. Pour le droit à exercer une activité syndicale, et la négociation collective



À Lisbonne 1 Avril, 2015

 

Télécharger